Un barème minimal de pige en presse magazine, enfin !

Le Syndicat des éditeurs de la presse magazine (SEPM) vient enfin de proposer à la signature des syndicats de journalistes un accord sur un barème minimal de pige entrant en vigueur au 1er juin 2015. Ce barème concerne notamment le feuillet de 1500 signes et le dessin, qui devront respectivement être payés au minimum à 53,46€ et 84,66€.

A la demande insistante du SNJ, ce barème suivra les mêmes évolutions que les minima des journalistes mensualisés. Après avoir inlassablement réclamé un tel barème depuis 1987, le SNJ a signé cet accord qui doit mettre fin aux tarifs de misère pratiqués par certains titres de la presse magazine.

Rappelons que le Syndicat de la presse magazine d’information (SPMI) s’était engagé dès 2008 à adopter le barème de pige alors en vigueur au Syndicat professionnel de la presse magazine d’opinion (SPPMO). Mais même après la fusion de ces deux syndicats en 2012, les interlocuteurs patronaux de l’ex-SPMI rechignaient encore à respecter leurs engagements.

Ce barème minimal ne concerne que les piges papier. « L’adaptation de ce barème » pour les piges numériques est prévue dans 18 mois, parallèlement à la négociation d’une nouvelle grille de classifications des journalistes mensualisés pour intégrer les nouvelles fonctions liées au développement des sites internet.

En attendant, le SNJ invite les journalistes pigistes et ses délégués à être vigilants sur le montant des rémunérations et à réclamer l’application de ce barème minimal pour les piges numériques, qu’elles soient susceptibles ou non d’être reprises en version papier. Il les invite aussi à contrôler que les congés payés et le 13e mois viennent bien s’ajouter à ce barème ou au tarif convenu, forcément supérieur, et que l’ancienneté vienne bien majorer ce barème minimal, conformément à la convention collective.