Cimino pdt BN 13 nov.jpg-large

Le SNJ appelle les journalistes à reprendre la main dans leurs entreprises

Résolution finale du 96e congrès du SNJ, Val-Joly, 13 octobre 2014


Plans sociaux, départs non remplacés, effectifs décimés, le monde de la presse et des médias est confronté à une crise qui pèse sur la qualité de l’information. La profession est gangrénée par la précarité. Les rédactions sont fragilisées et ce n’est pas une bonne nouvelle pour la démocratie.

Il n’est pas trop tard pour renouveler nos exigences sur un conditionnement des aides à la presse afin de contraindre les employeurs à respecter des critères éthiques et sociaux.

Plus que jamais, il est urgent de doter les équipes rédactionnelles d’outils leur permettant d’assurer l’indépendance des rédactions, le maintien du pluralisme, le respect de l’identité des titres. Dans cet esprit, le SNJ soutient la proposition de loi de reconnaissance juridique du conseil de rédaction déposée par la sénatrice Nathalie Goulet.

Dans cet esprit, le SNJ est aussi porteur d’une proposition de loi instituant un statut des médias d’information à but non lucratif d’intérêt public, permettant de faciliter la reprise d’entreprises en difficultés par les salariés.

Le SNJ, première organisation de la profession réuni au Val Joly, dans le cadre de son 96e congrès, réitère son soutien à l’initiative de reprise portée par les salariés avec l’appui des lecteurs à Nice-Matin.

Le SNJ appelle les journalistes à reprendre la main dans les médias, pour remettre la qualité de l’information au cœur des projets d’entreprise et soutient la candidature à la présidence de France Télévisions de notre confrère Serge Cimino, délégué SNJ à France 3.

Le SNJ appelle les journalistes à se garder de tout parti pris, de suivisme et à être vigilants sur les mots qu’ils utilisent. Le SNJ appelle les journalistes à éviter les simplifications excessives qui déséquilibrent le traitement de l’information, notamment sur les questions internationales.

Le SNJ va continuer à organiser des ateliers déontologie partout en France, et à nommer des référents déontologie dans chaque région et chaque entreprise.

Le SNJ va mettre en place dès le mois de novembre une permanence déontologie afin de répondre aux questions et difficultés en matière d’éthique que rencontrent les journalistes.

Si nous, journalistes, ne nous occupons pas de la profession, d’autres le feront à notre place.

Val-Joly, le 13 Octobre 2014

Déclaration SNJ Congrès

 

© Photo collection SNJ